16 octobre 2021

*** Local Caption *** Un dispositif de securitŽ postŽ dans chaque coin de Libreville-Akanda-Owendo dans le cadre de la riposte contre le coronavirus.

Corruption : le commandement en chef de la gendarmerie met en place un numéro vert pour dénoncer les racketteurs

Engagé à mettre fin au phénomène de racket des agents de forces de l’ordre et de sécurité, le commandant en chef de la gendarmerie nationale a mis à la disposition du grand public un numéro permettant de dénoncer ces agents véreux qui dégradent ce corps de métier.

Après sa sortie du 15 décembre dernier, où il invitait ces agents à se ressaisir face aux multiples plaintes des usagers, concernant des cas de rackettes et d’intimidations, le Commandant en chef de la Gendarmerie nationale, Yves Barassouaga, a, à travers un communiqué, invité les populations et les usagers à dénoncer tout acte répréhensible commis par les gendarmes lors des opérations de contrôle. Pour le commandement en chef, ces pratiques ne sont nullement en adéquation avec ce qui fait le fondement de cette fonction dont le rôle est « de veiller à l’exécution des lois, à assurer le bon ordre public, la sécurité des personnes et des biens ».

Face à ce qui devient un véritable fléau pour les usagers et qui ternit l’image de la gendarmerie, Yves Barassouaga a mis en place le 1401, un numéro vert du poste de commandement mixte de la Gendarmerie nationale pour dénoncer les coupables de ces actes rétrogrades. Par ailleurs, tout gendarme mis en cause dans une affaire de racket « s’expose ainsi à de lourdes sanctions allant de 45 jours d’arrêt de rigueur à une suspension de solde ou de fonction de trois mois à six mois », a déclaré le Capitaine Alexis Tchanga-Mvouendi, Directeur des relations publiques de la gendarmerie.

0 0 voter
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Catégories

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x