28 novembre 2021

Gabon : Mais que cache le soudain plan d’urgence de ramassage d’ordures de Lambert Noël Matha ?

Comme l’ancien directeur du cabinet du Président de la République, Brice Laccruche Alihanga, le ministre d’Etat, ministre de l’intérieur, Lambert Noël Matha, a lancé, consécutif à l’insalubrité perceptible à des kilomètres dans le Grand Libreville, un Plan d’urgence de collecte d’ordures. Mais connaissant l’issue du dernier déclenchement de ce plan d’urgence avec la mauvaise utilisation du denier public, on est à même de se demander que cache ce nouveau. Ce d’autant plus que plusieurs zones d’ombres planent sur l’intérêt de ce plan du ministre.

Si pour beaucoup le plan d’urgence de collecte d’ordures est synonyme de ville propre,  ces mots veulent également dire décaissement d’énormes sommes d’argent public qui sont souvent mal utilisées à des fins personnels. En effet, le dernier plan d’urgence conduit par BLA avait été l’occasion d’un déblocage  massif de  fonds publics qui avait finalement été répartie dans de nombreuses entreprises toutes créées pour l’occasion et toutes propriétés des proches de l’ancien directeur de cabinet du Président.

Cette fois, le même scénario semble vouloir se dessiner. En effet, comment comprendre que depuis plusieurs mois, le ministère de l’Intérieur, par ailleurs ordonnateur de crédit au profit de  l’entreprise publique de collecte des ordures, crée les conditions défavorables à l’accomplissement des missions de ces derniers, avec la conséquence de montagne d’ordure visible dans la capitale, puisse d’un coup déclencher un plan d’urgence qui risque de nécessité plus de finance que le décaissement normal pour un assainissement de la ville ?

Jeudi dernier, le ministre de l’Intérieur aurait, au cours d’une réunion, instruit Clean Africa de «  débarrasser Libreville de toutes les ordures qui jonchent ses rues depuis quelque temps et de la maintenir dans un état de salubrité durable ». Une attitude qui laisse planer certains doutes quand on sait que c’est le manque de financement régulier qui sont à l’origine de l’insalubrité dont est victime le grand Libreville.

D’après une source du ministère du budget interrogée par nos confrères de Média 241, «  Qu’il s’agisse du compte d’affectation spéciale ( alimenté par une redevance sur l’achat des unités Edan NDLR ) ou de la subvention, les fonds sont disponibles, mais je pense que le ministre fait exprès de traîner les pieds ». Pointant du doigt l’attitude désinvolte du ministre Matha qui aurait sans doute laissé la ville sombrer dans les immondices pour déclencher un plan d’urgence avec un financement conséquent.

0 0 voter
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Catégories

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x