19 octobre 2021

Opération Scorpion : les libérés avec sursis n’ont totalement pas recouvré la liberté

Après leurs incarcérations à la prison centrale de Libreville en 2019, plusieurs protagonistes interpellés, dans le cadre de l’opération Scorpion, pour détournement de fond public sont certes sortis de leurs cellules, mais n’ont toujours pas été reconnu non-coupable après leurs audiences et sont toujours passibles de condamnation pour des actions commises au cours de l’exercice de leurs fonctions.

Depuis quelque temps, plusieurs des personnes interpellées dans le cadre de l’opération scorpion initiée par le Chef de l’État, Ali Bongo Ondimba, sortent de prison avec sursis. Une liberté qui ne les innocente pas. Surtout quand on sait que plusieurs d’entre eux ont reconnu les faits qui pèsent contre eux et que leur culpabilité est bien établie.

En effet, à la barre pour des faits de détournements de fonds publics, d’associations de malfaiteurs, de corruption et de complicité, les concernés ont avoué avoir subtilisé d’énormes sommes d’argent et ont indexé l’ex-directeur de cabinet du président de la République, Brice Laccruche Alihanga, qui les aurait incité à mettre les mains dans des deniers publics à son profit et celui de quelques-uns de ses proches. Des aveux qui témoignent bel et bien d’un vaste système de détournement de fonds et de leurs culpabilités malgré leur mise en liberté.

Contrairement à ce qui se disait ci et là, ces aveux sont la preuve de la non-existence d’une chasse à l’homme ou d’un complot contre des individus en particulier, mais bien une affaire de justice contre des personnes qui se sont rendues coupables des faits répréhensibles au sein de la société gabonaise.

0 0 voter
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Catégories

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x