18 juin 2021

Réouverture des lieux de cultes : l’Église et le gouvernement doivent-ils s’asseoir avant ce weekend ?

Alors que le gouvernement a annoncé le 16 octobre dernier, la réouverture des lieux de cultes pour le weekend du 30 octobre, les communautés religieuses quant à elle reste stoïque sur le 25 octobre. Un jeu qui au fond ne fera nullement les affaires de personnes et l’option du dialogue devrait sérieusement être envisagée pour un Gabon plus fort et uni.

La semaine dernière, le gouvernement de Rose Christiane Ossouka Raponda a annoncé une série d’allègements de certaines mesures restrictives prises pour limiter la propagation de la Covid-19. Parmi les mesures allégées, on retrouve celle concernant la réouverture des lieux de cultes prévue pour la fin de semaine du 30 octobre 2020. Une date pas du tout du goût des confessions religieuses qui ont, elles, décidé de rouvrir le dimanche 25 octobre. Quitte à ne pas tenir compte des mesures gouvernementales.

Une lutte qui ne fera les affaires de personnes

L’Église qui enseigne l’obéissance, le respect et l’amour envers les lois souhaite braver ses enseignements en passant outre les règles étatiques en République. En optant pour le forcing les leaders pourraient par cet acte montré une forme de rébellion à leur communauté ; chose qui serait contradictoire avec les Saintes écritures qui invitent au respect des autorités revêtues de pouvoir d’autant plus que “tout pouvoir vient de Dieu”. 

De l’autre côté, le Gabon étant de droit où le respect des croyances et la liberté de pratiquer une religion est fortement reconnu, un affront comme veut le faire les communautés religieuses pourrait difficilement faire passer la pilule et des sanctions pourraient tomber, ne faisant les affaires de personnes d’autant plus que l’Église contribue pour beaucoup dans l’harmonie du pays et cela dans plusieurs secteurs. 

Un dialogue devrait s’imposer

Dans les mœurs africaines, quand il y a malentendu ou litige et afin de régler toutes les zones d’ombre, les concernés s’asseyent pour trouver des consensus avant toute forme d’embrasement. De ce fait, il serait judicieux que le gouvernement et l’Église trouvent un terrain d’entente concernant la date de réouverture des bâtisses religieuses et toutes les autres conditions qui fâchent avant ce weekend pour un Gabon fort et de dialogue où règne la démocratie et l’harmonie.

0 0 voter
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Catégories

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x