22 juin 2021

Reprise des contrôles de polices sans autorisation officielle : Mais que fait le ministère de l’Intérieur ?

Depuis plusieurs semaines, le phénomène de contrôle des taximans dans le but de les racketter qu’avait interdit le ministre de l’Intérieur, Lambert Noël Matha, a repris de plus belle sans autorisation officielle, et cela, au vu et su de tous.

Alors qu’un communiqué officiel avait interdit les contrôles routiers dans le Grand Libreville, ce phénomène est revenu en force tel la seconde vague de la covid-19. Et cela sans note signalant la reprise de ces contrôles qui deviennent peinant pour les chauffeurs de taxis et les populations. En effet, dans plusieurs rues de la capitale, policiers et gendarmes improvisent des contrôles qui ne concernent que les véhicules à usage commercial sans intervention du ministère de tutelle qui avait banni momentanément ce phénomène dégradant pour nos forces de sécurité et de défense.

Ils n’ont quasiment jamais arrêté, juste qu’ils allaient dans les coins bien cachés et maintenant ils reviennent ou ils peuvent gagner plus. À croire qu’ils ne peuvent plus s’en passer malgré leurs salaires”, a confié un taximan avant d’ajouter précisé que “ils nous embêtent, ton véhicule peut avoir tous les papiers qu’il faut, mais tu dois donner quelque chose sinon ils vont garder tes documents et sans ça tu peux plus travailler”.

Alors que le chef de l’État, Ali Bongo Ondimba, prônent pour le bien être commun, ce phénomène, qui nuit grave le quotidien des compatriotes et salit l’image de nos forces de l’ordre, doit retenir une attention particulière des autorités compétentes afin de promouvoir la politique de bonne gouvernance du Président gabonais.

0 0 voter
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Catégories

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x