20 octobre 2021

ROSE CHRISTIANE OSSOUKA REPRÉSENTE ALI BONGO À BRAZZAVILLE

Pour sa première sortie à l’international depuis sa nomination au poste de premier ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda a représenté le numéro un gabonais à l’occasion du 80ème anniversaire du manifeste de Brazzaville. Une sortie marquée par une intervention qui a fait forte impression. 

Sélectionnée personnellement par le Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba pour être son porte-parole, Rose Christiane Ossouka a pris une part active à la célébration du 80e anniversaire du manifeste de Brazzaville. 

Une commémoration historique à laquelle a pris part les chefs d’Etat notamment Denis Sassou Nguesso, Félix Tshisekedi, Idriss Deby, Faustin Archange Touadera, ainsi que des représentants du Cameroun, de la France et le Secrétaire Général de l’OIF, pour ne citer que ceux-là. 

Le 27 octobre 1940, le Général De Gaule lançait à Brazzaville, capitale de l’Afrique Equatoriale Française, un manifeste annonçant un Conseil de Défense de l’Empire en union étroite avec ses alliés. Depuis, Brazzaville devint le symbole de la France libre. 

La cérémonie qui avait pour thème “De Gaule et Brazzaville : une mémoire partagée entre la France, le Congo et l’Afrique” a permis à l’envoyé spécial du Président gabonais de d’évoquer les liens inextricables qui existent entre la France et ses anciennes colonies.  

“Le colloque de Brazzaville qui coïncide avec les célébrations du 60e anniversaire de l’Indépendance de nombreux pays africains, est l’occasion de revisiter et de valoriser les liens historiques qui existent entre la ville de Brazzaville et la France libre. C’est aussi, sans aucun doute, l’opportunité pour les générations actuelles d’en apprendre davantage sur le processus politique et socio-économique qui a conduit les colonies françaises d’Afrique subsaharienne vers les indépendances. La conférence de Brazzaville fut, en effet, le départ d’une perspective nouvelle pour l’Afrique en ce sens qu’elle posa les bases d’une nouvelle politique coloniale en ouvrant le champ politique à l’élite naissante de l’Afrique Equatoriale Française. Cette page nouvelle de la relation entre l’Afrique et France se matérialisa progressivement avec l’arrivée des députés africains à l’Assemblée nationale française., a déclaré Rose Christiane Ossouka Raponda lors de son allocution. 

Notons que cet événement historique est également célébré en France où un ensemble de sculptures ont été érigées en hommage aux combattants africains parmi lesquels le Capitaine Charles Ntchoreret qui ont contribué à la victoire de la France libre. 

0 0 voter
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Catégories

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x