26 octobre 2021

Fraude sur la dette intérieure : le silence révélateur de la CPG

Suite aux fraudes commises par plusieurs entreprises révélées par la Task force, l’absence d’une réaction de la Confédération patronale Gabonaise ( CPG) laisse entrevoir une forme de solidarité envers ces entités qui ont voulu se sucrer sur le dos de l’État.

Le terme « remplis ton ventre et le mien » est sans doute ce qui liait plusieurs entreprises qui auraient facturé à l’État gabonais des prestations non effectuées et la CPG de Alain Ba Oumar. C’est ce que laisse entendre le silence de cette entité qui regroupe toutes structures signataires de prestations avec l’état. En effet, depuis les révélations de malversations mis à nu par la Task Force, la direction de la CPG ne s’est toujours pas prononcé. Des rumeurs font même état d’une complicité entre les leaders du CPG et ces entreprises qui voulaient voler la nation gabonaise.

À noter que cette semaine, les experts de la Task Force ont permis découvrir que 241 milliards de créances l’étaient frauduleusement. Plusieurs entreprises auraient facturé à l’Etat des prestations qu’elles n’ont jamais effectué. La CPG, qui devrait désavouer les entreprises qui ont voulu voler l’État ou condamner ces actions très peu reluisant, semble les cautionner.

En 2017, la Confédération Patronale Gabonaise (CPG) n’avait pas hésité à faciliter un accord entre une banque internationale et l’Etat Gabonais afin d’accélérer le paiement cash de la dette intérieure. Un arrangement qui aurait sans doute permis à plusieurs entreprises de percevoir de l’argent sans effectuer de services.

L’organisation dirigée par Alain Ba Oumar devrait, après l’annulation de la dette à hauteur de 241 milliards, faire preuve de plus de rigueur et vigilance. Surtout monter au créneau quand il le faut d’autant plus que ce silence peut tout dire.

0 0 voter
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Catégories

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x