6 décembre 2021

*** Local Caption *** Le président de la Commission nationale de lutte contre la corruption et l'enrichissement illicite (CNLCCEI), Nestor Mbou, ouvrant les travaux de la Journée nationale y liée, en présence du ministre délégué aux Eaux et Forêts, Charles Mve Ella.

Lutte contre la corruption : “Désormais, à tous les échelons de l’État, chaque acteur est exposé à la rigueur de la loi” dixit Nestor Mbou

À l’occasion de la Journée nationale de lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite, Nestor Mbou, président de la commission chargée de traquer les corrompus, a tenu à rappeler aux agents des eaux et forêts l’intransigeance de l’État gabonais concernant les corrompus.

Placée sous le thème :  » La corruption dans le secteur Forêt et Environnement « , la Journée nationale de lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite a vu plusieurs fonctionnaires du ministère des eaux et forêts être édifiés sur les risques qu’encourt les fraudeurs et les corrompus. 

En effet, dans un contexte marqué par l’arrestation des cadres de ce ministère, le président de la Commission nationale de lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite (CNLCCEI), Nestor Mbou, a de nouveau tiré la sonnette d’alarme quant à la guerre déclarée par l’État gabonais contre les détournements de fonds en précisant que cette vague n’épargnera personne, quelque soit son rang ou qualité au sein de la société.

« Désormais, à tous les échelons de l’État, chaque acteur est exposé à la rigueur de la loi. Face aux délits économiques, quels qu’ils soient, il n’y a ni menu fretin, ni gros poissons. Tous passeront par les fourches caudines de la justice« , a-t-il expliqué

Par ailleurs, le président de la République, Ali Bongo Ondimba, avait qualifié ce phénomène de gangrène à extraire car elle vole les citoyens, fragilise l’État de droit et affecte négativement les valeurs morales de la société. 

À noter que le secteur forestier occupe la 6e place par ordre d’importance parmi les 10 secteurs prioritaires identifiés par le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud). Raison pour laquelle les autorités gabonaises veulent mettre un accent particulier dans la bonne gouvernance de ce secteur en proie à des déviances de la part de ses administrateurs.

0 0 voter
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Catégories

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x