23 septembre 2021

Covid-19 : Joe Biden impose le vaccin aux fonctionnaires fédéraux aux USA

Face à l’apparition du nouveau variant, plus contagieux et plus dangereux, les Etats-Unis d’Amérique ont décidé de rendre obligatoire la vaccination pour tous les fonctionnaires fédéraux.

Alors que les états les plus puissants du monde, pour le bien de leurs populations, imposent la vaccination, les populations des pays moins forts la boude en se basant uniquement sur les spéculations et les désinformation. En effet, l’administration de Joe Biden vient d’imposer, face à la recrudescence d’une nouvelle vague, le vaccin à tous ses fonctionnaires fédéraux. Une décision qui n’aurait sans doute pas été du goût de tous au Gabon quand on sait que la critique et la réticence pour les choses aussi importantes que cette pandémie sont faciles. Des critiques nourris par l’opposition radicale et de ses relais médiatiques qui mettent à mal l’action gouvernementale qui n’a d’autre objectif que sortir le Gabon de la situation qu’elle traverse actuellement.

Cette décision prise par les USA est relative aux indicateurs américains sur la situation épidémiologique. En effet, les voyants virent au rouge écarlate avec une hausse du nombre de cas de Covid-19 évaluée à 146 % sur deux semaines (à 67 000 cas en moyenne) et celui des hospitalisations de 73 % (avec 97 % des hospitalisés qui ne sont pas vaccinés). Quant au nombre des décès, il a augmenté de 11 %, contribuant au triste record mondial de 611 708 morts depuis le début de la pandémie.

Fort de ces chiffres, Joe Biden, lors d’une adresse à la nation, a annoncé que près de deux millions d’employés fédéraux devront être vaccinés contre le Covid-19 ou se soumettre à un test hebdomadaire rigoureux. Outre la vaccination, un retour des mesures de distanciation sociale, le port du masque et la limitation des déplacements pour les fonctionnaires fédéraux ont été énumérés. Quand on sait que gouverner c’est prévoir et prendre des décisions parfois impopulaires pour le bien de tous, ces mesures prises par le président Américain sont sans doute à saluer. Mais une question reste en suspens au Gabon. Faut-il que le pire arrive pour comprendre le bien fondé de l’action du gouvernement ? Pourquoi être réticent alors que le monde entier se prête à cet exercice ? A qui sert l’instrumentalisation des opposants qui se sont mués en chantres de dénigrement de vaccin ? Autant de questions qui trouveront sans doute sans réponse.

0 0 voter
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Catégories

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x