18 juin 2021

Emission « Face à vous » : une Rose Christiane Ossouka pleine de franchise dans ses propos a ouvert le bal

Quelques mois après l’annonce du président de la Président, Ali Bongo Ondimba, faisant état d’une évaluation du gouvernement sur les actions menées en faveur des populations, c’est le premier ministre, Rose Christiane Ossouka, qui a été la première à se prêter à cet exercice d’explication, ce 17 mai 2021, en s’exprimant avec beaucoup de franchise et sans langue de bois sur les sujets brûlants et qui vont l’actualité.

L’émission Face à vous, plateforme consacrée aux membres du gouvernement afin de rendre compte aux populations sur le travail effectué a débuté ce 17 mai et a eu comme premier invité le chef du gouvernement. En effet, diffusée la radio et les chaînes de télévision nationales, cette nouvelle émission a permis à Rose Christiane Ossouka d’aborder en toute franchise plusieurs sujets notamment sur le plan économique ; sanitaire, avec la gestion de la covid-19 ; éducatif, avec la construction des salles de classes et les travaux de réfection de l’Université Omar-Bongo ; sans oublier le point sur le programme «Gabon égalité», consacré à la lutte contre les discriminations et les violences faites aux femmes.

Tour à tour le chef du gouvernement a répondu aux questions des populations notamment sur le plan sanitaire et les mesures restrictives contre la Covid-19 qui sont actuellement en vigueur. Sur ce point, le premier ministre a fait savoir que pour un allègement des mesures, il faut atteindre moins de 50 cas par jour. Si le Gabon venait à enregistrer moins de 50 cas par jour, le gouvernement pourrait alléger ces restrictions en ramenant l’heure du couvre-feu… à 20 ou 22 heures.

Toujours sur la gestion de la covid-19 au Gabon, Rose Christiane Ossouka a réitéré la transparence qui prévaut dans ce domaine et qu’«il n’y a pas eu de détournement dans la gestion du Covid-19. Il n’y a pas de Covid-business ! Ça n’existe pas. Ils devraient peut-être dire détournement». 

Sur la question du Plan d’accélération de la transformation (PAT) qui connait un léger retard sur le terrain, Ossouka Raponda, sans langue de bois, a révélé que ce retard est dû à certains comportements déplorables dans les administrations. En effet, les conseils interministériels, d’après le premier ministre, ont permis de déceler plus de 400 dysfonctionnements dans le déploiement de l’action du gouvernement. Il s’agit ici des égos démesurés, des lenteurs administratives, des détournements. 

Plus loin, cette dernière fera savoir que son équipe est plus dans les discours depuis qu’elle est à son poste actuel. «Les populations sont fatiguées des paroles creuses. Elles sont impatientes, elles ont beaucoup attendu. Aujourd’hui, on sait où on va, avec qui on va et où trouver les financements», a-t-elle déclaré.

0 0 voter
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Catégories

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x