20 octobre 2021

Gabon : quelle main noire se cache derrière le concert de casseroles ?

Depuis bientôt une semaine un mouvement pacifique initié en guise revendications et d’indulgence quant aux mesures anti-covid prend des tournures violentes et inimaginables au point de vouloir mettre le chao dans un pays aussi paisible que le Gabon. À croire que ce concert de casseroles a été préparé bien avant par des personnes malintentionnées qui n’ont d’intérêt que la déstabilisation du pays.

Débuté le mercredi 17 février 2021, le concert de casseroles, mouvement qui consiste à frapper à l’aide d’un ustensile une casserole pour demander l’indulgence des autorités sur les nouvelles mesures restrictives, semble avoir muté pour devenir ce à quoi certains individus, tapis dans l’ombre, ont voulu qu’il devienne : l’origine d’un embrasement. En effet, profitant de la colère et de la frustration des gabonais suite aux mesures anti-covid, des mains noires ont rapidement tissé des ficelles pour marionnettiser certains jeunes naïfs. La suite, ce sont les actes de vandalisme vus un peu partout dans le pays. Sinon, comment comprendre que le premier jour de ce mouvement qui a vu les populations respecter la consigne qui était de manifester chez soi, aucun incident n’a été enregistré ? Et 24 heures après, suite à un communication folle et des appels à manifester avec virulence sur les réseaux sociaux, des jeunes descendent dans la rues, des heurtes eclatent et des actes de vandalisme sont perpétrés ? 

Au lendemain des premiers incidents, au cours desquels deux morts par balles ont été enregistrés, des récupérations politiques ont envahi la toile, chacun interprétant à sa guise, le plus important étant attisé encore plus la colère des populations. Entre diffusion de fausses informations ( le bombardement d’une église à Port-Gentil par la police ) et des incitations à la violence, le pays connaît depuis près d’une semaine ce qui s’apparente à une tentative de déstabilisation et d’instrumentation. Par ailleurs, plusieurs voix influentes se sont levées récemment pour dénoncer ce phénomène qui ne fait pas les affaires du Gabon. Si main noire il y a, les exécutants pourrait être de tout bord d’où certaines dérives observés.

Les populations sont donc invitées à plus de vigilance et à ne pas se laisser instrumentaliser. La revendication est un droit praticable en République gabonaise quand elle est faite dans les règles. 

0 0 voter
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Catégories

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x