23 octobre 2021

L’argent de la construction du Grand marché de Libreville aurait-il servi pour la lune de miel de Jean-François Ntoutoume Emane ?

Alors qu’un procès opposant l’État gabonais à la société maltaise Webcore à Paris bat son plein à propos de la construction du Grand marché de Libreville, une révélation qui remonte à une dizaine d’années et mettant en scène l’ancien maire de Libreville, Jean-François Ntoutoume Emane, vient d’être mise à nu. L’ancien édile serait actionnaire de cette structure et aurait fait financer son voyage de noce par ladite entité.

Ensevelie depuis une dizaine d’années, l’affaire fait actuellement grand bruit. À la manœuvre de la construction du marché qui devait marquer les esprits dans la capitale gabonaise afin de résoudre les problèmes de place actuellement vécus à Mont-Bouët, l’ancien premier ministre et maire, Jean-François Ntoutoume Emane, serait impliqué dans un trou financier concernant la construction de cette bâtisse moderne. 

Désireux de matérialiser ce projet, l’ancien édile de Libreville avait fait appel à la Webcore, une société maltaise dont il se trouverait actionnaire et à qui il aurait accordé de nombreuses et excessives exonérations fiscales, mais aussi douanières en contrepartie d’avantages pécuniaires à son bénéfice. C’est du moins ce qui ressort du verdict rendu par la cour d’appel de Paris opposant l’État gabonais à la société maltaise Webcore. Au titre des avantages, a-t-on appris il y aurait également le voyage en Business class Libreville-Cap-Libreville du couple Ntoutoume Emane avec une suite à l’hôtel Twelve Apostle au frais de cette société Webcore.

Voilà un nouveau pacte de sucrage sur le dos de l’État de la part de l’actuel opposant qui vient encore d’être mis à nu. Et grâce au plaidoyer détaillé et preuve à l’appui de l’avocat de la partie gabonaise à ce procès à Paris, la cour d’Appel a cassé le verdict rendu arbitrairement au profit de la Webcore. Cette société se retrouve à devoir verser à notre pays la somme de 50 000 €.

Voilà une affaire de corruption qui entache et jette davantage le discrédit sur la classe politique de l’opposition gabonaise pour qui le bien être des Gabonais passe en dernière position dans leur priorité.

0 0 voter
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Catégories

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x