6 décembre 2021

LEADERSHIP AU CLR : UN SEUL ASSELE SURVIVRA À CETTE GUERRE

En suspendant sa fille de la fonction de délégué général du CLR, Jean Boniface Assele a sans doute sonné le gong de l’ultime round du clash qui l’oppose à Nicole Assele qui compte ne pas se laisser faire.

L’adage “il ne peut y avoir deux capitaines dans un même navires” porte bien son sens actuellement au CLR. Les affrontements fréquents entre Jean Boniface Assele, président fondateur du parti politique le Centre des Libéraux Réformateurs (CLR) et sa fille, Nicole, Déléguée générale de ce parti, n’ont jamais atteint ce degré de tension. C’est réellement la guerre de leadership chez les Assele tant l’envie de la fille de prendre véritablement les rênes du parti et celle du père de toujours avoir la mainmise est fort. 

En suspendant sa fille pour une durée de 30 jours à toutes activités liées au CLR, Jean Boniface a certainement enclenché l’ultime clash avec sa fille qui ne compte pas obtempérer aux ordres de son père. Nicole prépare sans doute un coup à la Marine Le Pen en France avec le Front National de son père qu’elle a ensuite changé en Rassemblement National après des péripéties quasi-identique.

Sachant que la fille Assele aurait décidé de ne pas tenir compte de cette sanction qui, selon des indiscrétions, serait illégale, nul et de nul effet parce que le Président du Conseil Politique n’est pas le Conseil Politique, elle laisse par là un message clair. Elle a par ailleurs présidé une réunion ordinaire du directoire du parti vendredi dernier. Une façon pour elle de ringardiser et de balayer du revers de la main les décisions de son père.

En effet, une telle sanction devrait être prise par le conseil Politique et non par le président du conseil Politique comme cela s’est fait par Jean Boniface Assele. « Ces suspensions sont complètement illégales, nul et de nul effet parce que le Président du Conseil Politique n’est pas le Conseil Politique, instance habilitée à prendre ce genre de décision et au sein de laquelle siègent le Délégué Général et son adjoint suspendus », a confié un soutien de Nicole Assele.

Le ton est donné et dans cette lutte, un seul Assele survivra au sein du CLR car les déboires entre le président fondateur de ce parti et son délégué général atteignent des sphères de non-retour. Et ce clash pourrait être le dernier.

0 0 voter
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Catégories

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x