27 octobre 2021

Modernisation de la constitution : les explications limpides de Jessye Ella Ekogha

Face à la presse ce mardi 22 décembre 2020, le porte-parole de la présidence de la république a levé les zones d’ombre qui entouraient la modernisation de la constitution gabonaise en fournissant des explications limpides aux hommes des médias présents.

Dans le but de mettre fin aux contre-vérités et fakes-news autour de l’amélioration de la constitution gabonaise, la voix du palais présidentiel a donné, hier, des explications en profondeur sur le bien fondé de cette révision. En effet, Jessye Ella Ekogha a, tout d’abord, tenu à rappeler que “Le projet de loi constitutionnelle contient des avancées institutionnelles et démocratiques importantes” avant d’expliquer qu’il ne s’agit nullement d’une modification mais d’un ajustement en vue de combler des vides juridiques constatés.

Ce projet de loi à l’initiative du Chef de l’État, Ali Bongo Ondimba, et adopté en conseil des ministres, a pour but de pallier à des évènements tels que celui d’octobre 2018 où le Président de la République avait été frappé d’une indisponibilité temporaire. L’objectif pour les autorités gabonaises est de mettre en place un dispositif qui sera applicable de suite, au lieu de laisser la constitution colmater des brèches laissées par un vide juridique quelconque.

Le choix de cette révision résulte du fait que gouverner c’est prévoir. Même si une vacance de pouvoir n’est pas à l’ordre du jour, le chef de l’État, pour ne pas tomber dans les pièges du passé, préfère prendre les devants car « c’est quand il fait beau, et non quand il pleut, qu’on répare la toiture » dixit Ali Bongo Ondimba.

En ce qui concerne le choix d’un collège composé des présidents des deux chambres du parlement et du ministre de la Défense pour assurer l’intérim réside dans le fait qu’au départ le président de la haute chambre ne soit pas un élu du peuple, celui de la chambre basse l’étant tout comme le Président de la République, il a été judicieux de l’associer dans la gestion provisoire de l’État. Tout comme le ministre de la Défense qui est responsable de la stabilité et de la sécurité du pays et le Chef Suprême des Armées en cas d’indisponibilité. 

À noter qu’à l’exemple de plusieurs grandes nations mondiales, le Gabon souhaite moderniser sa constitution pour accéder à une véritable démocratie.

0 0 voter
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Catégories

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x