23 octobre 2021

Union nationale : Zacharie Myboto peine à imposer son beau-fils à la tête du parti

Paul Marie Gondjout, seul candidat à la succession de son beau-père, Zacharie Myboto, à la tête de l’Union nationale ne fait pas l’unanimité au sein de ce parti de l’opposition.

La technique sans doute manigancée par Zacharie Myboto et son petit monde en ce qui concerne la succession à la tête de l’UN semble ne pas avoir marché. En effet, alors qu’on se disait que c’était du tout cuit pour le seul candidat pour la tête de l’UN, plusieurs voix se sont levées aussi bien au sein du bureau qu’à chez les membres de base pour dénoncer un complot entre l’ex-président et son gendre. Un signe révélateur des tensions au sein de ce parti en perte de vitesse et d’adhérents qui peine à montrer grand-chose depuis des années.

Ces faits ont poussé les congressistes, après l’argumentaire du Secrétaire exécutif du parti, Maxime Minault Ebayard, ont programmé les élections à la tête du parti pour une date ultérieure. « Je voudrais dire, au regard du climat interne ces dernières semaines, combien je suis inquiet pour notre parti, pour son unité, pour son avenir. (…) Ce congrès se présente sous des auspices peu radieux. Quand les invités seront partis, je pourrai m’étendre davantage devant les militants pour expliquer les manquements majeurs qui rendent impossible le traitement de certains points inscrits à l’ordre du jour. Un certain nombre d’actes, de la compétence du Bureau national, n’ont pas été réalisés pour permettre le déroulement de cette activité », a-t-il avancé.

À noter qu’à ce congrès, pour montrer sa non-adhésion d’une succession de beau-père à gendre, le vice-président, Casimir Oyé Mba, s’est remarquablement distingué par son absence, suscitant de vives inquiétudes quant au futur du parti.

0 0 voter
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Catégories

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x