22 juin 2021

*** Local Caption *** L'entrŽe du Centre Hospitalisations Universitaire de Libreville (CHUL).

Santé : des anciens ministres percevaient 20 millions par mois des hôpitaux publics

Le pot-aux-roses a été découvert le 12 août dernier après la visite du nouveau ministre de la Santé au centre hospitalier universitaire de Libreville et son refus de recevoir une telle somme sans justification.

Les ministres qui se sont succédé au département Santé avaient fait, semble-t-il, des structures sanitaires publiques leurs trésoreries. En effet, ces derniers auraient perçu, sans justification valable, en moyen 240 millions de francs CFA par an des hôpitaux du Gabon. La supercherie a été découverte après le refus du nouveau ministre de la Santé, Guy Patrick Obiang Ndong de percevoir cette somme, qu’il a qualifié, d’”injustifiée”.

Alors que le secteur de la santé est fortement critiqué et à l’agonie depuis plusieurs années fautes de logistiques et absences en tout genre, voilà une révélation qui pourrait justifier ces manquements. Plusieurs prédécesseurs de Guy Patrick percevaient un appui financier des structures sanitaires sans tenir compte des difficultés que rencontraient ces différentes structures. Dès lors comment comprendre que les personnes censées améliorer les conditions de travail et l’atmosphère d’un secteur aussi sensible pensent juste à se remplir les poches ? L’appât du gain semble prendre le dessus sur l’amélioration et la construction du pays.

Engagé à justifier la confiance que lui a accordé Ali Bongo Ondimba et à rendre au secteur de la Santé ses lettres de noblesse depuis sa nomination le 17 juillet dernier au poste de ministre de la Santé, le Dr. Guy Patrick Obiang multiplie des actions pour assainir ce département. Les fruits de cet assainissement se font ressentir depuis peu avec des sanctions envers des médecins absentéistes, le ramassages des fous et plus récemment avec la suppression de ce fonds. Un acte fort qui illustre bien le « Gabon d’abord » prôné par la République gabonaise quand d’autres auraient pensé à “ le mouton broute où il est attaché”. 

Face aux situations calamiteuses de nos hôpitaux, Guy Patrick Obiang Ndong ministre de la Santé a décidé de mettre fin à cet appui conformément à la décision N°000091 en précisant que « cet argent doit servir à l’achat des médicaments au bénéfice de la population ». Cet argent servira désormais l’intérêt général. Voilà une matérialisation de la volonté de l’exécutif gabonais Ali Bongo Ondimba qui fait du bien être de ses concitoyens une priorité.

0 0 voter
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Catégories

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x